Par Jenny Diab

TOUT SAVOIR SUR LE VOYAGER AU FÉMININ - VOYAGER SEULE EN TANT QUE FEMME

VOYAGER SEULE (OU PAS !) QUAND ON EST UNE FEMME !

Très souvent voyager seule en tant que femme peut faire peur, dans ce blog retrouvez tous les conseils pour voyager au féminin. Les freins qui reviennent le plus souvent sont la peur de la solitude, la barrière de la langue, la sécurité dans certains pays ou encore s’il arrive un souci comment le gérer.

Je ne me proclame pas experte dans le domaine, cela fait 10 ans que je voyage en solo donc je vais vous partager mes expériences personnelles, qui je l’espère, répondront à vos questions.

Retrouver également diverses informations et conseils pratiques pour les femmes qui voyagent à travers le monde en solo… ou pas ! Ce blog de voyage est 100% féminin existe depuis plus de 10 ans maintenant et avec le groupe Voyager au féminin en sac à dos qui possèdent + de 87 000 voyageuses, je prends toujours le temps de répondre aux diverses questions pour aider les futures voyageuses dans leur projet.

Retrouvez des conseils sur voyager seule, des retours sur du matériel tester et des réflexions sur le fait de voyager en solo au féminin. Il est destiné à tous les profils, aux jeunes voyageuses, aux voyageuses expérimentés, aux mamans seules ou en couple et aux femmes retraitées.

JENNY DIAB
À propos | Travailler avec moi | Contact

OSER : VOYAGER EN SOLO AU FÉMININ

Depuis 10 ans, j’ai eu l’occasion d’aller en Australie, de voyager seule au Maroc pendant 1 mois, de voyager seule à New York et d’aller aux États-Unis à de nombreuses reprises, de voyager un peu partout en Europe seule et faire le chemin de Compostelle seule. Dans divers articles, je parle de mes expériences de ces divers pays. Je sais que c’est assez difficile de se lancer la première fois de partir en solo. Lors de mon PVT en Australie, nous sommes partis à trois, mais au bout de deux mois, les deux personnes avec qui je suis partie sont rentrées en France. Donc je me suis retrouvée seule pendant 3 mois, mais ce n’était pas mon choix d’être seule. J’ai choisi de voyager seule lors de mon roadtrip en Europe avec le Pass Interrail pendant 1 mois, j’ai voyagé à travers 7 pays en visitant les capitales.

Lors des premières heures, ça peut être un peu la panique. On se retrouve loin de chez soi, on a du mal avec la solitude et la barrière de la langue peut devenir difficile.

Il y a énormément de questions qui défilent et on se demande clairement : "Pourquoi on fait ça ? Pourquoi on est là". Le vrai travail sur soi, il est là !

Apprendre à se contrôler et à se rappeler pourquoi on a décidé de s’engager dans ce voyage en solo. Il suffit de poser son esprit dans un endroit où on se sent à l’aise pour réfléchir à ce qu’on va faire. On sort totalement de son confort, on est perturbé et on a du mal à gérer ses émotions. Par exemple, prendre une chambre seule peut vous aider à y voir plus clair. Le fait de ne pas être oppressé dans un dortoir, avoir du calme, dormir sereinement va aider à apaiser cette panique.

Une fois reposée, utiliser internet ou un guide papier pour organiser votre visite de la journée. Faites au mieux pour être à l’aise, limite faite un mini planning de la journée. Aujourd’hui, le wifi est très pratiquement partout donc cela peut vous aider pour vous orienter. Sinon utiliser l’application Map.me qui n’a pas besoin d’internet. Une fois cette première journée passée, vous y verrez déjà plus claire et vous prendrez confiance en vous petit à petit. Parce que la clé, c’est ça, avoir confiance en vous et en votre instinct. Ne paniquez pas, posez votre esprit, soufflez, organisez-vous et foncez, le monde est beau !

PODCAST : VOYAGER SEULE À TRAVERS LE MONDE

En plus des articles, j’ai créé un podcast voyager au féminin parlant de mon expérience en solo à travers le monde. C’est plus vivant que des articles, j’ai essayé d’aborder plusieurs sujets assez détaillés. N’hésitez pas à me donner votre avis sur le sujet.

PODCAST : CHEMIN DE COMPOSTELLE EN SOLO

Ce second podcast parle de mon expérience sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle. J’explique pourquoi j’ai entamé ce pèlerinage de deux mois à travers le chemin français et espagnol. Au total, 1 200 kms entre Cahors et Santiago en Espagne.

POURQUOI VOYAGER EN SOLO AU FÉMININ ?

Souvent quand on décide de voyager seule, c’est qu’il y a une raison derrière : besoin de se retrouver et de solitude, ras le bol d’attendre les proches pour partir, un décès, une rupture, un changement professionnel, un moment de vie difficile… elle est propre à chacun. C’est rarement une mauvaise décision, bien au contraire ! C’est une bonne manière de se retrouver soit même, de prendre du temps pour soi et de profiter à son rythme sans avoir quelqu’un derrière ! En tout cas, si vous décidez de prendre ce courage, foncez !

ON EST JAMAIS SEULE EN VOYAGE !

On décide de partir seule, mais au final, on n’est jamais seule en voyage. Tout va être propice aux rencontres d’autres voyageurs : les nombreux transports en commun, les auberges de jeunesse, une excursion à la journée ou sur plusieurs jours, un transat sur une plage, lors d’un repas, au coin d’une rue en cherchant son chemin… c’est d’ailleurs ça la magie du voyage !

Finalement la solitude en voyage, elle est présente uniquement quand on décide de ne pas se mêler aux autres. Cela peut être un choix, de rester seul(e), ça m’arrive très souvent ! Autant, j’ai pu partager des moments en voyage avec d’autres voyageurs, tant durant Compostelle, je faisais des rencontres tous les jours, mais je voulais marcher principalement seule. Il ne faut pas avoir peur de la solitude, car vous allez forcément rencontrer des voyageurs durant votre trip et vous allez pouvoir partager.

Ça arrive toujours au bon moment, ça peut parfois être très réconfortant de se dire qu'on va partager un bout de notre voyage avec quelqu'un. Une rencontre n'est pas par hasard.

SÉJOURNER CHEZ L’HABITANT

Un bon moyen de pouvoir s’adapter à la vie locale est de loger chez l’habitant. Vous allez pouvoir découvrir la culture locale, pratiquer une autre langue et partager vos différences. Grâce à eux, vous allez pouvoir sortir des sentiers battus, car ils vont vous partager les bonnes adresses locales où manger, les endroits à voir absolument que les touristes ignorent, voir même jouer le rôle de guide et partager des moments de son quotidien avec vous. Bref, ils sont une mine d’informations pour votre séjour. Ils existent plusieurs plateformes pour se faire accueillir chez des locaux.

  • La plateforme la plus connue est Couchsurfing. Le concept est simple et gratuit. Des locaux vous proposent un canapé, une chambre d’amis gratuitement le temps de votre passage. Je ne l’ai jamais testé et j’entends des bons comme des mauvais retours. Il ne faut pas se fermer, car je pense que l’ont peut faire des supers rencontres, mais en tant que femme seule, restez vigilantes sur les profils que vous choisissez. Certains hommes prennent Couchsurfing comme une plateforme de rencontres.
  • Women Welcome Women est une plateforme d’hébergements en anglais, un peu moins connue en France, mais spécialisée pour les femmes seules. Elle est payante, mais cela permet une sécurité.
  • Le réseau Wwoofing cartonne vraiment bien, en échange de quelques jours de travail par jour, vous êtes accueillis, nourris et logés, dans une ferme dont la culture est bio. Un super concept pour éviter de dépenser lorsqu’on désire voyager longtemps et rester plusieurs semaines sur place.

LES RÉSEAUX SOCIAUX, IDÉAL POUR PARTAGER ET AVOIR DES CONSEILS !

Via mon groupe de groupe 100% féminin Voyager au féminin en sac à dos, je vois souvent des messages de voyageuses qui proposent aux filles présentent dans la ville où elles sont de boire un verre ensemble. J’ai vu aussi beaucoup de posts de rencontres grâce au groupe, je trouve ça vraiment super ! Ça m’est également arrivé de le faire lorsque je suis dans un pays en solo, de rencontrer des voyageuses de mon groupe. N’hésitez pas à rejoindre le groupe pour éventuellement faire des recherches de voyager au féminin ou des informations sur votre destination et pourquoi pas faire des rencontres.

À AVOIR, À SAVOIR : SÉCURITÉ & COMPORTEMENT

Ce n’est pas parce qu’on décide de voyager qu’on est en insécurité. L’agression peut avoir lieu partout dans le monde et même près de chez vous. Notre taux de méfiance doit être parfois plus élevé, car certains pays sont très conservateurs, les relations sexuelles en dehors du mariage sont très mal vu donc une certaine frustration qui poussent les hommes à passer à l’acte avec des touristes. Nous savons que l’image des Occidentaux est une image « très ouverte » donc « filles faciles », du coup certains prennent le droit d’une main baladeuse, de mots déplacés, mais non en fait ! Il faut essayer de ne pas s’enfermer dans un mutisme quand cela arrive, bien sûr que cela nous dépasse, souvent la peur nous tétanise. Peu importe, où cela se passe, il faut apprendre à dire non et je sais que c’est un travail très difficile.

SE MÉFIER MAIS PAS TROP

Bien sûr que je l’ai vécu et je le vivrais encore ! Cela m’est arrivé de recevoir des propos déplacés ou des rapprochements physiques. Aujourd’hui, j’ai ce reflex assez rapide de repousser une main, un bras sur les épaules ou autour du cou et limite reculer quand on s’approche trop de moi. Je ne supporte pas qu’on soit tactile avec moi, surtout de la par d’un homme donc je mets une barrière rapidement. J’ai toujours un sac à dos, je le règle pour qu’il descende assez bas, cela évite les mains baladeuses aux fesses.

Par exemple, je me souviens qu’en Inde, durant les moments où il y avait foule, j’avais tendance à ne pas baisser la tête et regarder ce qui se passe autour du moi, parce que même si on était en groupe, il fallait montrer qu’on n’était pas perdus et que tout allait bien.

Concernant les propos, en général, je ne me laisse pas faire. Je me retourne et je réponds de façon très diplomate « Il y a un souci ? », car si le but est de me mettre mal à l’aise, en répondant, la situation se renverse et la personne est mal à l’aise. À de nombreuses reprises, on m’a proposé de passer une nuit avec la personne, j’ai décliné poliment et la discussion s’est arrêtée là ! Je ne fais pas semblant, quand une situation me dérange, j’ai tendance à me fermer de visage, ce qui fait qu’on a plus envie de venir vers moi. Autre exemple lors de mes voyages de groupe en Inde, notre guide locale francophone, très beau garçon, m’a proposé très rapidement de venir boire un verre dans sa chambre. Je lui ai fait comprendre que non. Il n’a jamais insisté, très respectueux, par la suite, on a pu avoir des discussions très intéressantes sur les relations sexuelles et les moyens de contraception en Inde sans ambiguïté aucune.

Je ne suis pas sereine partout, j’ai aussi parfois ma phase parano qui au final me permet de toujours rester sur mes gardes sans être complètement fermée. Peu importe le pays où je suis, France ou pas, lorsque je suis à l’hôtel, je verrouille systématique ma porte. Je me balade toujours avec un cale porte sonore.

S’ADAPTER AUX PAYS EN TANT QUE FEMME SEULE

Chaque pays à une culture et une religion différentes, il est important de se renseigner avant d’y partir pour pouvoir adopter le comportement adéquat. Cela évitera de se mettre dans des situations délicates et d’être en sécurité. Ce qui peut vous sembler normal chez vous, ne l’est pas forcément ailleurs et peut être perçu comme de la provocation par la population locale. N’oubliez pas que vous êtes considérée comme une touriste, même si certains pays peuvent être tolérants sur votre comportement, ne jouez pas trop, apprenez à respecter la culture locale et essayez de vivre comme les locaux.

LES VÊTEMENTS

Le but est de se fondre dans la masse. Il est très rare qu’on me prenne pour une touriste. Habillez-vous sobrement pour ne pas attirer l’attention. Si vous êtes dans un pays religieux, pour vous balader et visiter la ville, pensez à votre tenue, évitez les vêtements trop courts (au-dessus du genou) et couvrez vos épaules. Évitez également les vêtements flashis ou transparents. Un foulard peut être utile pour visiter les endroits religieux (les églises, les mosquées, les temples…).

Si vous restez un certain temps dans un pays, prenez exemple sur le style vestimentaire des femmes du pays où vous êtes. Cela peut vous permettre d’être un peu plus tranquille durant votre voyage.

Voyager au féminin - S'adapter au pays

MATÉRIEL DE VOYAGE

SAC À DOS

L’équipement principal des futurs voyages ! Cela fait environ 10 ans que je voyage seule avec un sac à dos (et parfois avec une valise) et j’ai pu tester plusieurs marques de sacs à dos de randonnées comme Quechua, Osprey, Deuter, Millet… et de villes comme Fjällräven, Nature & Découverte.

À chaque fois, j’ai pu les tester dans des situations telles que du trekking au Maroc, du Citytrip un peu partout dans le monde et du voyage à pieds en itinérance comme le chemin de Compostelle par exemple.

Je teste des sacs à dos pour femmes ou mixtes et j’essaye via mes articles de partager mon retour d’expérience sur le produit. Savoir s’il est léger, pratique, qu’il passe en cabine ou les facilités de rangement. Sachant qu’il va vous accompagner plusieurs années, il est important de choisir un bon sac à dos robuste et adapté à vous. Il faut parfois mettre le prix selon votre projet, mais il sera vite rentabilisé. Vous pouvez également lire mon dossier complet sur bien choisir et ranger son sac à dos de voyage.

CHAUSSURES ET CHAUSSETTES

Comme les sacs à dos, j’ai eu la chance de pouvoir tester plusieurs marques de chaussures comme Merell, Salomon, Quechua, Columbia, Lowa, Sorel… Évidemment selon l’activité prévue, il faut choisir la paire de chaussures adéquate. Par exemple, j’ai testé les chaussures Lowa Renegade pour faire le chemin de Compostelle, les bottes Sorel spéciales grand froid en Laponie Finlandaise, les Columbia durant la Via Garona et les autres pendant diverses randonnées (randonnée dans le Massif du Canigou), treks et balades.

Pour chaussettes, je n’ai testé que 3 marques : Décathlon, Ice Breaker et Thyo. J’ai vite abandonné la marque Décathlon car je n’ai jamais réussi à trouver de bonnes chaussettes. Par contre la marque française Thyo a créé des chaussettes de randonnée pour Compostelle qui m’ont suivie durant 2 mois. Une marque vraiment qui ma réellement séduite par sa qualité !

Prenez toujours de la qualité si vous comptez marcher beaucoup, vos pieds sont votre moteur donc ne les négligez pas !

GOURDES OU FILTRES À EAU

Également plusieurs tests de gourdes ou filtres à eau avec les marques LifeStraw, Hydro Flask, Huma Green ou Super Sparrow. J’ai d’ailleurs écrit un comparatif des gourdes filtrantes et filtres à eau que je vous invite à lire si vous souhaitez investir. Cela fait plusieurs années que j’ai arrêté d’acheter des bouteilles d’eau en voyage pour réduire ma consommation de plastique.

Si vous recherchez une gourde pour garder l’eau fraiche ou une boisson chaude, je vous recommande la gourde isotherme Hydro Flask ou la gourde Super Sparrow.

Et si vous partez dans un pays à risque où l’eau ne doit pas être consommée où vous pouvez attraper la tourista ou d’autres maladies, je vous propose de choisir un filtre à eau, la gourde filtrante LifeStraw ou encore la gourde filtrante Huma Green.

Renseignez-vous avant de partir, c’est important, faites attention à votre santé, une tourista peut clairement gâcher votre voyage. Essayez de vous équiper au mieux !

Voyager au féminin - Banque et CB

CARTE BANCAIRE SANS FRAIS

Les frais bancaires en voyage peuvent vite devenir un gouffre. Aujourd’hui, il est possible d’éviter les frais bancaires grâce à plusieurs banques en ligne comme N26, Revolut, Monabanq, Boursorama, Nickel, Hello Bank, Orange Bank et d’autres…

Pour ma part, j’utilise à l’étranger la carte N26. J’en suis plutôt satisfaite et elle m’a permis d’éviter des frais bancaires à plusieurs reprises.

PISSE DEBOUT

Le produit Pisse Debout Go Girl est vraiment l’objet pour voyager au féminin et peut être vraiment utile dans certains endroits comme lors des festivals ou encore dans un pays où les toilettes publiques sont sales et qu’il est impossible de s’assoir ! Autant en pleine nature, je ne m’en sers pas, autant, je l’ai utilisé à plusieurs reprises lors de mes voyages seule.

Selon les destinations où je vais et les activités que je compte faire, je le prends avec moi. Il est léger, discret dans sa boite et se nettoie facilement en le rinçant à l’eau. N’hésitez pas à le tester chez vous pour vous faire la main. Je trouve que c’est un bon produit féminin de voyage.

L’HYGIÈNE & LA SANTÉ EN VOYAGE

SAVONS ET SHAMPOINGS SOLIDES

Voyage ou pas, j’utilise uniquement des savons, shampoings et après-shampoings solides. Économiquement c’est plus rentable, car il dure vraiment longtemps, ça m’arrive de ne rien acheter pendant 6 mois (1 à 2 utilisations par semaine). Écologiquement, finis le plastique et le chimique déjà et c’est des produits bio !

En voyage, c’est quand même plus simple d’avoir ce genre de produit. C’est plus léger, ça prend peu de place et aucun ne risque d’exploser la bouteille dans la valise ou le sac à dos.

Il existe aussi d’autres produits comme le dentifrice solide, la brosse à dents avec la brosse qui se change, le déodorant solide, l’oriculi pour éviter d’utiliser des cotons-Tiges, les linguettes démaquillantes écologiques… Vous pouvez retrouvez toute une gamme de produits éco, bio et pratiques pour voyager, car ils ne prennent pas de place.

Voyager au féminin - Épilation

ÉPILATION

Je comprends tout à fait qu’en voyage on ait besoin d’un certain confort, surtout concernant l’épilation. Personnellement, je me balade avec un rasoir qui me dure extrêmement longtemps, car je m’en sers très peu. Il existe de petits épilateurs de voyage, discret et léger pour vous évitez d’acheter des rasoirs ou de la cire sur place.

Selon le pays où vous êtes, vous pouvez tout simplement allez dans un institue local pour faire une épilation à la cire ou au fil. Presque partout dans le monde, vous trouverez où vous faire épiler.

TROUSSE À PHARMACIE

Il est important de partir avec une trousse à pharmacie avec tout le nécessaire, car il est possible de ne pas trouver certains médicaments où qu’ils soient en vente avec une ordonnance. Dans l’article la trousse à pharmacie de voyage, je vous donne une liste des médicaments et des indispensables à avoir.

N’oubliez pas d’emporter également des huiles essentielles (tea tree, citronnelle, lavande…) qui peuvent vous servir tout au long de votre voyage. Si vous êtes dans un pays asiatique, achetez du baume du tigre (rouge et blanc), c’est moins cher qu’en France, cela peut être utile en cas de maux de taux ou ventre, toux, douleurs musculaires, etc…

Pour la pilule, il est difficile de trouver le même dosage sur place, même avec ordonnance donc prenez les nombres de plaquettes dont vous avez besoin. Précisez au médecin que vous partez X temps pour qu’il l’inscrive sur l’ordonnance pour que la pharmacie vous donne le nombre de plaquettes dont vous avez besoin.

LA CONTRACEPTION

Il ne faut pas la négliger, on fait des rencontres, parfois la fête qui invite à flirter donc il est important de se protéger même en voyage. Si vous prenez la pilule contraceptive, pensez à partir avec le nombre de plaquettes dont vous avez besoin. Précisez-le à votre médecin pour qu’il l’inscrive sur l’ordonnance, pour qu’une fois à la pharmacie cela ne pose pas de soucis d’avoir autant de plaquettes.

La pilule contraceptive ne vous protège pas contre les MST (Maladie Sexuellement Transmissible) mais ça, vous le savez déjà ! Pensez à partir avec une boite de préservatifs, acheter en France pour une fiabilité. Ce n’est pas forcément aux hommes d’en avoir, c’est plus prudent aussi d’en avoir.

Je vous invite à lire, tout savoir sur la contraception en voyage.

GÉRER SES RÈGLES EN VOYAGE

Il faut être honnête, c’est le truc chiant en voyage. Maux de ventre, les bouffées de chaleur, ne pas oublier d’acheter des protections, trouver un endroit pour se changer, c’est insupportable surtout quand on est dans un pays chaud ! Je crois que le plus contraignant, c’est lors d’un trek ou d’un voyage en itinérance, c’est souvent assez difficile de trouver un endroit pour se changer, nettoyez sa cup et surtout jeter les protections jetables comme les serviettes, les tampons…

TAMPONS ET SERVIETTES HYGIÉNIQUES

Selon le pays où on part, on doit prévoir l’arrivée de nos règles. Il faut savoir que dans certains pays du monde( Inde, Indonésie, une partie des pays d’Afrique…), il est difficile de trouver des protections (tampons ou serviettes). Selon les pays, c’est tabou de parler des périodiques, cela coûter très chers aussi, je vous invite à lire cet article où l’ONG WaterAid a fait un reportage sur comment les femmes du monde se protègent.

Pour ma part, j’ai complètement arrêté d’utiliser des tampons et des serviettes hygiéniques jetables pour multiples raisons. J’ai d’abord arrêté les tampons tout simplement parce que je ne les supportais plu, donc j’ai exclusivement mi des serviettes sauf que c’est une consommation sans fin tous les jours ! Écologiquement, j’ai pris conscience que c’était catastrophique autant l’une que l’autre et économiquement, c’est un vrai gouffre, entre les tampons, les serviettes de début de règles, pendant, de nuit, fin de règles, on dépense un fric monstrueux. Alors j’ai dit STOP du jour au lendemain pour opter aux culottes menstruelles lavables.

Voyager au féminin - Tampons et serviettes

CUP MENSTRUELLE

La cup menstruelle (ou coupe menstruelle) est un récipient en forme de coupe avec une tige pour aider au retrait. Il est possible de réduire la longueur de cette tige pour plus de confort. En général, les cups sont en latex ou silicone. Plusieurs tailles sont disponibles selon le flux et si vous avez eu des enfants ou non. Elle s’introduit manuellement dans le vagin, ça parait difficile au début, aucune inquiétude, on s’habitue vite à la mettre. Elle n’absorbe pas comme les tampons ou serviettes, mais récupère le flux grâce à sa forme de coupe d’où le nom coupe menstruelle.

Vous pouvez la garder une journée entière sans changement.  Si le flux est important, je recommande d’en avoir deux. Il faut la rincer à l’eau chaude avant de la remettre. Il faut être à l’aise avec son corps pour la mettre, ne pas être gêner d’avoir du sang sur les doigts et ne pas tirer violemment sur la tige pour la retirer. Il suffit de la pincer à l’intérieur pour faire un appel d’air et la retirer. Il est important de la faire bouillir pour la stériliser régulièrement, en voyage c’est difficile, mais il existe une boite de stérilisation très pratique. Écologiquement et économiquement, c’est mieux que des tampons et des serviettes. Découvrez le comparatif des cups mentruelles pour trouver le modèle idéal.

SERVIETTES LAVABLES

Une bonne alternative pour remplacer les serviettes jetables, j’ai découvert les serviettes lavables peu de temps après la cup menstruelle. Écologiquement c’est un beau progrès, finit d’acheter des serviettes par dizaine, là il vous suffit de les laver à la main ou en machine. Elles sont faites en matières naturelles très absorbantes. J’ai eu l’occasion de les tester et d’en parler dans l’article gérer ses règles en voyage.

CULOTTES MENSTRUELLES LAVABLES

Je n’utilise plus que ça, les culottes menstruelles lavables. J’ai pu testé plusieurs marques : Fempo, Sisters Republik, Elia, So Cup, Marguette… et elles sont toutes vraiment top ! Aujourd’hui, cela permet de voyager tranquillement. Vous choisissez la culotte selon le flux et elles absorbent très bien, aucune fuite, aucune tâche, aucune odeur. Très confortable, on peut profiter librement sans les sensations d’être mouillé.

Voyager au féminin - culotte menstruelle

VOYAGER AU FÉMININ ENTRE FEMMES