Home Préparer son voyage Assurances & Santé Tout savoir sur la contraception en voyage
Tout savoir sur la contraception en voyage

Tout savoir sur la contraception en voyage

519
0

La contraception en voyage, le meilleur des contraceptifs hormonaux !

Dans cette article, vous allez tout savoir sur la contraception en voyage et des meilleurs contraceptifs hormonaux grâce à Stéphanie de Le Monde Plein Les Yeux. Elle nous a réalisé un article fort intéressant sur un sujet qui nous concerne toutes et dont vous avez été nombreuses sur le groupe Facebook de voyage 100% féminin Voyager au féminin en sac à dos à participer. Il a tout à fait sa place dans la rubrique Voyager au féminin. Merci à vous, les filles.

Bonjour à toutes, et merci à Jenny pour cette visibilité. Je souhaitais vraiment que l’article sur la contraception en voyage puisse être vu par le plus de femmes possible. Je reçois régulièrement des questions sur la contraception en voyage, de voyageuses solos ou femmes en couple. Malheureusement, jamais de mecs… Mais ça, c’est un autre débat bien sûr. Et c’est vrai qu’un voyage au long court ça se prépare aussi dans la culotte. Tiens ça me fait penser à un article sur comment gérer ses règles en voyage.

Pour les petits bobos, pensez à vous munir d’une trousse à pharmacie de voyage, cela peut être utile si vous attraper la tourista et surtout pensez à faire une vérifications des vaccins obligatoire pour voyager.

Tous les conseils pour gérer ses règles en voyage

Mais revenons à notre désir de découvertes et non de, « oh surprise, chéri je suis enceinte ! ». C’est vrai que vomir au 3e mois d’un tour du monde ça gâche un peu le truc. Bien que j’ai aussi rencontré plusieurs voyageurs qui ont justement fait un bébé sur la route. Mais bon, justement c’est ce que nous aimerions éviter, n’est-ce pas ?  Moi et la contraception en voyage, c’est un vaste sujet, entre un stérilet qui s’est barré dans la paroi utérine, des hormones que je ne supporte plus depuis ma seconde grossesse, mes 2 accouchements où j’ai failli mourir et mon désir de préserver ma santé…

J’en ai passé des heures à chercher comment vivre ma sexualité, épanouie, tout en évitant les grossesses. Je rêve, d’ailleurs d’un bouton, où nous pourrions appuyer, dire « c’est bon je suis open pour un petit visiteur dans mon ventre » ou « non merci, je veux juste pouvoir jouir ». En attendant cela, je m’interroge.

Donc parlons et passons en revus nos beaux moyens de contraception, je vais donner mon avis de baroudeuse à ce sujet, mais pas que j’ai eu plusieurs centaines femmes qui ont eu la gentillesse de me donner leur avis sur la question. Pourquoi, choisir ce moyen de contraception en voyage ou au contraire, « ah merde je me suis plantée dans ma contraception ». C’est quand même vachement plus objectif ainsi, vous ne pensez pas ?

Contraception en voyage

Allez, pour commencer et histoire de me la raconter, faire directement passer la minute nianiania, phrase toute faite, que je n’aime pas spécialement, mais que j’utilise à chaque fois. « Une bonne contraception c’est celle qui vous convient, mesdames ». C’est beau n’est-ce pas ? Tellement basique, mais vraie… Et puis pour terminer cette parenthèse et ne pas avoir la grande leçon des donneuses de morales. N’oubliez pas une contraception évite les aliens dans le ventre, mais pas la grattouille dans la culotte. Le seul moyen pour éviter toutes MST et autres gros mots pas beaux, nous utilisons des préservatifs. Voilà une bonne chose de faite allons plus loin.

Si vous prévoyez un grand voyage ET un changement de contraception, anticipez ce changement, prévoyez au moins 6 mois pour vérifier comment votre corps va s’adapter et ensuite let’s go.

Contraception en voyage - Préservatifs

« Chéri, TA GUEULE » ou les contraceptions « in » en voyage.

Ben quoi je n’ai pas pas trouvé mieux comme titre, mais bon les hormones, elles ont bon dos ou pas, quoi qu’il en soit nous avons le droit d’être chiantes. Peut-être aussi, car je n’aime pas les hormones, mais nous allons sortir de ce petit « moi je » pour être objectives, je suis une super détective en mission découverte des contraceptions nomades comme nous.
 Alors maintenant il reste l’ordre des choses… Commençons par le commencement, celle qui arrive en tête en premier.

La pilule, un suppo et dodo.

Alors la satanée pilule, faut-il encore la présenter ? Je crois que oui quand même. Surtout qu’ici c’est le grand marché, « bonjour, ma petite dame, je vous délivre quoi ? Une mini dose (ou œstre progestatif pour les intimes), une micro dose (ou la pilule progestative), allez ma petite dame faut choisir ». 
Quoique dans la réalité ça donne plutôt ça « Bon pour vous il vous faut ça ! Quoi qu’est ce que c’est ? Mais, vous êtes médecin au juste ? Non ? Ben moi si alors c’est ça ». Bon OK après ce sketch presque inutile revenons à nos bonbons roses.

La pilule c’est simple, c’est rapide, c’est efficace avec une théorie de 99,7 %, mais dans les faits de 91 %. C’est simple d’oublier sa pilule et de s’en rendre compte que 24 h (ou pire) après et paf évidemment c’était le soir où je n’avais pas la migraine. L’abstinence mesdames ! Il n’y a rien de mieux, quoi que…. Visionner le tableau comparatif des diverses contraceptions.

D’après mon sondage, 13 % des voyageuses restent sur cette contraception en voyage, mais pourquoi ? Dites-moi s’il vous plait, j’ai besoin de comprendre ce désir de shoottage.

Contraception en voyage - Pilule

L’avantage d’avaler la pilule

Pour bon nombre de voyageuses, avaler la pilule c’est surtout une maîtrise de leur règle. Choisir quand elles vont les avoirs et surtout quand elles ne veulent absolument pas les avoir. Et ça, c’est ultra chouette quand même, je l’avoue, vous m’intéressez.
 Au final pour les utilisatrices du comprimé, le décalage horaire n’est pas un souci, nous avons d’un côté les courageuses qui, qu’importe l’heure du jour ou de la nuit, se lève pour prendre leur pilule à l’heure… cocorico, Française. D’autres qui décalent progressivement ou repoussent d’ailleurs leurs prises quotidiennes. D’autres encore n’ont pas réellement de soucis, la pilule étant plus adaptable et acceptant jusqu’à 12 h de décalage de prises.

L’avantage de cette contraception en voyage, c’est que si sur la route, une envie bébé arrive, il suffit tout simplement d’arrêter de prendre sa pilule et hop nous sommes « théoriquement » » fertile. Nous ne sommes pas loin de mon bouton magique dit donc ?

Et celles qui n’ont pas le choix

Malheureusement pour certaines ce n’est pas par choix, mais « presque » par obligation. Je pense à toutes ces femmes qui souffre d’endométriose à divers stade et dont un arrêt total de règle aide à freiner voir stopper cette maladie.
 Ou bien celles souffrant de maux de tête, d’acné… Qui sont diminués voir stoppés par la pilule.
 Pour d’autres, c’est pour arrêter les douleurs des menstruations, avoir des règles moins hémorragiques, avoir des cycles très réguliers.
 Enfin, tout ça pour dire que ce n’est pas vraiment leur truc, elles ne sont pro-cachets, mais plus pour régler un problème qui leur gâche bien plus la vie qu’avaler à sec ce machin.

Les limites à avaler la pilule en continu : Inconvénient

Bien que la plupart des utilisatrices comme j’ai dit ne semblent pas embêtées par le décalage horaire. Il faut quand même soit se lever au milieu de la nuit ou y penser au milieu de la journée, soit décaler progressivement afin d’anticiper les longs trajets. C’est d’ailleurs d’autant plus vrai, pour les pilules micro dosé qui ne vous protège plus si vous ne prenez pas votre pilule dans les 3 h de votre prise habituelle.

De plus, elles ont toutes leurs petits endroits secrets pour la conserver toujours sur elle, que ça soit dans la coque du téléphone portable, dans le porte-monnaie, dans la boite à lunette, voire dans une poche du soutien-gorge. Sérieux, nous ne manquons pas d’imagination et d’ingéniosité, nous, les femmes.

Le stockage aussi est un handicap, entre la boite écrasée au fond du sac, le drame si vous vous faite voler le sac avec le stock de pilules… Pour ne citer qu’eux.
 Mais là encore nos globe-trotteuses malines ont la parade à presque tout. Pour que les boites ne s’écrasent pas, elles les mettent dans des petits sacs hermétiques, style sac de congélation, voire même dans des boites à l’instar des tupperwares trouvés pile-poil à leur format. Telles Cendrillon et sa chaussure., vous pouvez trouver des pochettes à pilules.

Et puis, même si elles se font voler leurs sacs, qu’à cela ne tienne, ils ne leur voleront pas leurs moments de jouissance. Une photo prise et envoyée sur une adresse mail et nous voilà avec toutes les caractéristiques techniques de notre pilule. Ainsi, juste à trouver une pharmacie et commander exactement les mêmes molécules et bidules pour sa protection. Quand je vous dis que nous sommes ultras efficaces !

Bon par contre nous n’avons pas trouvé la parade à tous ces effets indésirables qui peuvent survenir à cause d’un dérèglement hormonal. Nous supportions pourtant bien notre pilule rose avant le départ, mais voilà qu’avec l’aventure, que dis je l’aventure avec un méga A. Nous ne nous sentons pas bien du tout, de belles joyeusetés s’invitent, comme une prise de poids, une poussée immonde d’acné, une rétention d’eau qui transforme nos jambes en petit poteau ou encore une perte de cheveux… Ah les joies de la gestion de la contraception gérée par une société patriarcale, j’adore.

Et pour la pilule mini dosée, elle est tout simplement contre indiquée pour celle qui fume et peut également augmenter les risques cardio-vasculaires. Bon, nous avons fait le tour et un retour, je pense. Alors,

  • Oui ! Pour celles qui souhaitent une maîtrise de leur règle et pouvoir s’offrir des vacances mensuelles sans une goutte de sang,
  • oui ! Pour celle qui n’ont pas le choix,
  • oui ! pour celle qui veulent juste ça,
  • mais sinon ce n’est pas forcément la plus pratique en voyage à cause justement du stockage ou réapprovisionnement.

Allez-on continue alors à la recherche de cette fameuse contraception en voyage ?

Le Stérilet hormonal

Voilà bien un moyen de contraception dont on n’a pas besoin de stockage, qui fait bien son travail tout seul. Est ce que nous approcherions du moyen de contraception ultime ?

Le gros avantage du stérilet hormonal c’est vraiment d’avoir un dispositif dont on ne se soucie pas, qui reste en place. Enfin, pas toujours, nous avons toutes, une amie qui l’a perdu, je ne sais où, dans un endroit sombre, mais ça c’est les autres, d’accord.
 Lui, il devrait rester en place entre 4 à 10 ans selon le modèle, ça nous laisse le temps de faire le tour du monde voir même visiter la lune si un charmant darling daigne de nous la décrocher juste pour nous. C’est une tranquillité d’esprit, un confort personnel.

De plus, pour pas mal d’utilisatrices, le stérilet à tout simplement arrêté les règles et ça quand on voyage c’est quand même un gros plus ! Mais ce n’est pas l’apanage de tout le monde quand même, faut pas rêver, il faut tester. Encore ? La diffusion des hormones à un endroit localisé et non dans tout le corps comme la pilule ou l’implant est un plus pour nombre d’entre nous qui souhaitons diminuer les hormones dans notre corps. Au final c’est un moindre mal on va dire.

Contraception en voyage - Stérilet

Oui, mais les désavantage au stérilet ?

Comme toutes les contraceptions hormonales, il y a plein de contre-indication. Si vous n’avez pas de contre-indication, c’est une porte ouverte aux sauts d’humeurs, prise de poids, acnés et désagréments hormonaux. Le fameux « Ta gueule, chéri » n’est pas loin. 
Mais c’est aussi une porte d’entrée à certaines infections.
 Enfin, certaines personnes ne souhaitent pas l’utiliser avec une cup ayant peur de faire partir le stérilet par effet de ventouse. Aujourd’hui rien n’a prouvé que la cup provoquerait plus une perte de stérilet que si vous n’en utilisez pas.

De plus, que vous ayez un stérilet ou pas, il ne faut pas tirer sur la cup pour la sortir. Un peu de douceur mes donzelles, voyons. Il faut faire un appel d’air pour pouvoir ensuite l’évacuer plus simplement.

Bon, nous ne sommes pas loin de la contraception ultime en voyage dit donc, si je pouvais enlever encore quelques désagréments ça serait pas mal, non ? D’autant plus que de nombreux spécialistes refusent de le poser aux jeunes femmes ou celles n’ayant pas d’enfant. Alors, allons-y, nous continuons notre investigation.

L’implant

L’implant est de loin la méthode contraceptive hormonale la plus utilisée par les femmes qui ont répondu à mon sondage, soit plus de 16 %. 
L’implant est un petit dispositif de la taille et la forme d’une allumette (4cm de long pour 2 mm de diamètre) qu’on vous pose sous la peau qui injecte en continu les mêmes hormones que les pilules progestatives. Cela va supprimer donc tout simplement votre ovulation.
 Une fois mis en place il pourra agir durant 3 ans. Pour le changer, le praticien va vous anesthésier localement, faire une petite incision et venir récupérer le dispositif.
 C’est également le moyen de contraception le plus efficace théoriquement, mais aussi dans les faits avec 99,9 %, comme nos produits ménagers contre les microbes, ce n’est pas cool ?

L’avantage de se faire implanter

Le premier et le plus important pour les femmes, c’est d’avoir un système simple, mis en place dont on n’a rien besoin de faire à part le laisser faire sa popote hormonale toute seule dans son coin. C’est simple, sans pris de tête et ça en voyage c’est quand même un méga pouce vers le haut.
 De plus, pour nombre de voyageuses, cette petite bête va tout simplement et magiquement stopper leurs règles, sans avoir besoin de jouer aux apprentis sorcières. Juste avec sa présence au creux de notre bras. À nous les baignades 31 jours par mois, 365 jours par an, sans trimbaler ni cup, ni protection hygiénique ou plus besoin de gérer ses règles en voyage.

Libérée, délivrée, je ne saignerai plus jamais !


Pour certaines femmes, cela stoppe aussi, les soucis d’acnés alors que pour d’autres ça le créé, ben oui ma cocotte c’est un peu la loterie les hormones. En tout cas l’écrasante majorité de ces utilisatrices en sont vraiment ravie en voyage et le recommande !

Contraception en voyage - L'implant

Oui, mais l’implant ce n’est pas pour tout le monde

Ben oui, vous croyez quoi ? Un truc aussi simple ne pouvait pas aller à tout le monde, ainsi si vous avez des soucis de circulation sanguine et plus précisément de phlébite, vous oubliez. Les problèmes de circulations, c’est bien connu ça touche rarement les femmes (ironie, au cas où). C’est aussi totalement contre-indiqué en cas d’embolie pulmonaire, de tumeur sensible aux hormones sexuelles, de saignements vaginaux inexpliqués et de maladie grave du foie.
 Si vous n’êtes pas dans ce cas, let’s go, ou presque, car voyons les bad trips de l’implant.

Oui, mais comme tout, il y a un, mais !

Le premier inconvénient à cette méthode est que si pour une raison ou une autre vous ne supportez plus les hormones ben vous l’avez dans le baba, ou plutôt dans le bras. Et ce n’est pas forcément le plus simple de se le faire retirer à l’autre bout du monde. D’autant plus que certaines voyageuses ont eu des difficultés même en France à se faire enlever leur implant si ce n’était pas le même spécialiste qui en avait fait la pose.
 De plus, certaines personnes ont tendance à beaucoup grossir avec ce moyen de contraception, surtout les personnes qui sont déjà en surpoids. Dans ces cas-là, il est même plutôt conseillé de changer l’implant tous les 2 ans au lieu de 3.

Et pour finir notre séance horreur, le progestatif en plus d’endormir votre ovulation va rendre plus mince et fragile la paroi utérine, le fameux endomètre. Ainsi il peut saigner, un peu, mais fréquemment, outre le fait que c’est chiant, ça peut aussi entraîner une fatigue excessive.

En conclusion, vous voulez un moyen efficace, simple, où vous n’avez pas à vous en soucier, vous n’avez pas peur ou rien contre les hormones ? C’est le moyen de contraception en voyage qui est le plus adapté  ! Je vous conseille tout de même de le faire poser, au moins 6 mois en avance. Afin de diminuer les risques que vous ne le supportiez pas.

Chéri, encore TA GUEULE ou la contraception en voyage « out » !

4 % des autres voyageuses m’ont parlé d’autres méthodes que je vous liste ici, mais dont après analyse je ne conseille pas forcément ou du moins pas pour les voyages longs de plus de 3 mois.

L’anneau vaginal

C’est un anneau que vous placez le temps d’une plaquette de pilules dans votre vagin. Il va agir localement, ça, c’est good et lors de son retrait vous aurez comme pour la pilule vos règles, l’avalage en moins.
 Il a également l’avantage comme une pilule de permettre d’avoir des cycles réguliers et vous pouvez enchaîner les anneaux pour ne pas avoir vos règles et profiter de vos vacances.

Alors pourquoi ne le conseillé-je pas en voyage ? Car vous devez le garder au réfrigérateur si vous partez plus de 3 mois, et ça pour une baroudeuse au long court c’est tout simplement impossible d’utiliser cette contraception en voyage.

Contraception en voyage - L'anneau vaginale

Le patch

Non je ne vous propose pas d’arrêter de fumer, mais bien d’un patch de la taille d’un timbre qui va diffuser à l’instar d’une plaquette des hormones. Vous allez coller un patch le 1er jour des règles, puis le changer tous les 7 jours, vous allez donc coller 3 patchs différents durant 3 semaines. La dernière semaine vous ne mettez rien et magie : vos règles.
 Vous pouvez vous patcher, non pas la gueule, mais, l’épaule, le bas du dos, les fesses ou le ventre.

Oui, mais voilà, je le déconseille, car il y a plusieurs manipulations, certaines m’ont révélé que ça se décolle, c’est pas super avec le bronzage et les derniers jours ça fait même un peu cradouille. Donc vu l’offre que nous avons, nous n’allons pas nous embêter avec celui-ci ? Si ? Ça vous convient ? Ben, comme j’ai dit, tant mieux, vous êtes maîtresses de votre contraception.

Contraception en voyage - Patch

Les progestatifs en injections

Bon, toutes les phobiques des piqûres, vous sautez ce paragraphe c’est déjà et indéniablement pas pour vous.
Ce moyen de contraception consiste à une injection d’hormones en piqûres intramusculaire. C’est un geste qui doit impérativement être effectué par un docteur ou une infirmière.
 Il va agir sur l’écosystème utérin et vaginal, en modifiant la consistance de vos glaires cervicale et ainsi empêcher le passage des spermatozoïdes, puis modifier l’endomètre ici pour empêcher la nidation.

Mais voilà, si je ne le conseille pas pour un voyage au long court c’est parce-que son efficacité est de 3 mois, passez ce délai, allez trouver à l’autre bout du monde un spécialiste pour venir vous piquer dans une langue que vous ne parlez pas. Je crois que vous avez autre chose à faire et découvrir non ?

Et voilà comment d’une traite nous venons de voir tous les moyens hormonaux d’une contraception en voyage, vous voulez allez plus loin, vous n’êtes pas satisfaite ? Cela ne m’étonne pas, car vous êtes des voyageuses malignes et averties, je vous invite à lire ce second article sur la contraception en voyage « Quelle contraception sans hormone choisir pour un voyage à long court« .

Si vous avez des questions sur la contraception en voyage, n’hésitez pas et si vous êtes une femme qui voyage seule ou à plusieurs, rejoignez le groupe Facebook de voyage 100% féminin Voyager au féminin en sac à dos !

(519)

Jenny À travers ce blog, je vous invite à découvrir un maximum de bons plans et astuces (hébergements, activités, restaurants, transports …) pour préparer au mieux vos futurs voyages. Si vous êtes une fille qui voyage à travers le monde, rejoignez la communauté Voyager au féminin. Pour en savoir plus sur moi, lisez Qui suis-je? et si vous avez des questions, n'hésitez pas à me contacter.

Recevez les articles dans votre boîte mail.
Vous recevrez les derniers articles sur les bons plans, les activités, les événements et la gastronomie du monde directement sur votre email.


  

 

LEAVE YOUR COMMENT

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *